19/03/20 – Confinement, jour 4 : sentiment de basculement

Le bruit de la chaussée, toujours bien présent, est de plus en plus souvent entrecoupé de silences assourdissants. Ce monde effréné s’éteint petit à petit. J’ai l’impression d’atterrir progressivement, comme une feuille d’automne qui se détache en douceur.

Quel concert que celui des oiseaux ! Et les odeurs de végétation, désormais libérées des pots d’échappement, sont un véritable festival olfactif !

Calme et respect, dans les files ou ailleurs… Partout, des échanges, de la compréhension, de la patience.

…je vais me faire taper si je dis que j’ai pas envie que ça s’arrête ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour pouvoir laisser un message, merci de résoudre : *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.